Mis en avant

Bienvenue

Parlons bien…

Parlons Chien !

« L’éducation est parfaite quand l’écoute mutuelle est à son apogée » — André Escaffre

Vous l’aurez compris, ce site est dédié au Chien. Vous y trouverez des articles résumant certaines réflexions de mon quotidien. Des choses souvent toutes simples… La simplicité, je trouve que ce mot résume bien la relation que nous devrions tous avoir avec nos compagnons à 4 pattes. Pas de chichi, pas de tromperie, pas de leurre, juste deux êtres qui s’écoutent mutuellement et se font confiance…

Courir avec son chien, un avis divergent…

Courir avec son chien, faire du vélo avec son chien, « jouer » avec son chien…. Des activités qui paraissent bénéfiques et normales aux yeux de la majorité des gens, mais qui sont trop souvent causes de problèmes. C’est pour cela qu’à mon avis, cet article en dérangera plus d’un…

Quand je demande « Pourquoi courir avec votre chien ? », les réponses typiques sont les suivantes : « Pour qu’il se dépense, il a besoin de courir ! », « Pour lui faire plaisir » ou « Pour qu’il se fatigue et soit calme à la maison »… Mais que l’on s’entende bien, un chien n’a nullement besoin de faire du jogging ! Des balades quotidiennes de qualité suffisent amplement à combler ses besoins physiques et mentaux. Trop souvent, on pense qu’une séance de Cani cross ou Cani VTT va remplacer une balade… Mais que nenni !! Pendant une bonne balade, votre chien sera en mesure de renifler, d’observer, d’explorer son environnement. Il sera également plus apte à analyser et à gérer certaines situations compliquées comme le croisement d’un congénère ou le croisement d’un jogger. Quand vous courez avec lui de manière régulière, vous le rendez de plus en plus endurant physiquement, et il en demandera toujours plus… Un peu comme les jogger accro à l’endorphine que leur procure la course… Vous l’enfermez dans une sorte de bulle, il n’a pas le temps de s’arrêter renifler des odeurs… Il est tellement excité qu’il n’est même plus capable de réfléchir aux comportements qu’il propose. Vous pouvez même souvent le mettre dans des situations inconfortables (à la base, je voulais nommer cet article « Courir avec son chien, ou comment le foutre dans la m**** », mais je me suis ravisée 😉 ) et donc altérer le lien de confiance qui vous uni et ce, sans que vous vous en rendiez compte !

Un exemple typique que je croise souvent : le chien en séance de Cani cross qui vous fonce dessus alors que votre propre chien lui dit clairement de loin « ne vient pas me voir, sinon ça va mal se passer »… Sauf qu’en fait c’est son humain qui, à la base, court sur nous ! Quand vous courez vers quelque chose, vous envoyez votre chien (en courant) vers cette même chose… En bref, c’est tout l’inverse de ce qu’on lui demande au quotidien et donc d’une incohérence sans nom… Et quand les conséquences sont négatives derrière (par exemple il se fait ratatiner) c’est sa confiance en vous qui en pâtit.

Il y a aussi ceux qui se décalent sur le bord du chemin opposé, pour nous croiser… C’est clair que c’est déjà mieux, mais c’est malheureusement insuffisant… Deux chiens ne devraient jamais avoir à se croiser de la sorte, c’est à dire en courant ! Si on les observe bien, on voit très souvent que l’un ou l’autre (ou les deux) sont super mal à l’aise dans cette situation. Bizarrement, c’est avec les chiens en séance de cani-cross que ma chienne est le plus irritable. Leur arrivée en course et en ligne droite la font vraiment sortir de ses gongs. Je suis donc obligée de m’enfoncer dans le sous bois (quand je le peux) pour mettre ma chienne « à l’abris » de cette situation pourrie et très souvent même pas de merci de la part du coureur, mais ce n’est qu’un détail…

En gros, si vous vouliez courir avec votre chien et que cela reste « sain » pour lui et votre relation :

  • Les séances ne devraient pas remplacer vos balades de qualité. Du coup, il vous faudrait avoir le double de temps pour son chien… Perso j’ai déjà du mal à trouver le temps pour promener ma chienne convenablement, alors si je devais rajouter des séances de Cani cross j’imagine même pas la galère…
  • Vous devriez faire régulièrement des pauses pour que votre chien puisse redescendre un peu dans son excitation et pour que son taux de cortisol n’explose pas.
  • Vous devriez faire très attention à votre environnement, faire des pauses marche et croisements en courbes quand vous voyez d’autres chiens ou même d’autres humains
  • Vous devriez aussi faire attention à ne pas trop fatiguer votre chien. Et oui, balade de qualité + entraînement physique ça fait beaucoup !! On les surestime bien trop souvent et à vouloir trop leur en donner on les sur-stimule…

Bref, je crois qu’en fait c’est impossible ! Le jogging c’est encore un truc d’humain qu’on leur impose, et qu’on transforme en truc de chien. Je ne juge personne, et chacun est libre de pratiquer les activités qu’il veut avec son chien, mais il faut connaitre et assumer les conséquences qu’elles peuvent avoir au quotidien ainsi que les incohérences profondes qu’elles peuvent dissimuler. Il ne faudra alors pas s’étonner d’avoir un chien qui se présente mal à ses congénères si au quotidien, on lui apprend à courir sans réfléchir sur tout et n’importe quoi. Il ne faudra pas non plus s’étonner d’avoir un chien surexcité H24, si on fait péter son taux de cortisol avec des séances de courses à répétition. Ou bien encore, d’avoir un chien qui « n’écoute rien » car il ne nous fait plus confiance à 100%…

Pour conclure : mieux vaut éviter, et faire au plus simple et au plus sain. 😉

Tes défauts seront mes atouts…

Tous les chiens peuvent apporter du positif à d’autres congénères. Bien sûr, il faut prendre cette phrase avec des pincettes, ne pas en faire n’importe quoi et l’adapter… Avant j’avais tendance à m’inquiéter de ce que pouvait faire ma chienne aux autres chiens, autant du point de vue physique que mental… D’ailleurs il arrive que cela m’inquiète encore lorsqu’elle rencontre un nouveau chien. En effet, les premiers contacts sont souvent très tendus, surtout si ils ne sont pas anticipés. Elle est plutôt claire dans sa communication : en gros elle dit très souvent aux chiens de dégager… Quand le chien d’en face n’écoute ou n’entend pas son message, ça peut vite faire des étincelles. Et quand il manque un peu de tempérament, elle en profite pour y aller encore plus fort (c’est quand même plus facile de terroriser les plus faibles, on se sent plus costaud…). C’est surtout dans ces moments là que j’avais peur : et si ma chienne traumatisait ce chien ? Et si ce chien devenait encore plus sensible après cette rencontre pourrie ? Mais après quelques formations et beaucoup d’observations, je me rends de plus en plus compte qu’au contraire, ma chienne peut parfois « aider » certains de ces chiens. Encore une fois, cela est à prendre avec des pincettes… Je m’explique.

Qu’est ce que « socialiser son chien » ? Pour moi c’est chercher à le rendre adaptable au maximum de situations possibles et donc au maximum de chiens et de tempéraments possibles ! Si je ne présente que des congénères sympas à mon chien, je le socialiserai mal… Car le jour où il tombera nez à nez avec une Maïka (ma chienne) il ne saura sûrement pas s’adapter correctement et vivra probablement un moment difficile. À l’inverse, si je ne lui présente que des chiens compliqués, il y a de fortes chances pour que mon chien devienne lui aussi compliqué… Bref, l’important est de diversifier les rencontres et de s’adapter en y allant progressivement. Bien sûr, on ne présentera pas une Maïka tout de suite à un chihuahua hyper sensible et phobique des autres chiens… Mais pour un chiot en pleine socialisation, et déjà bien dans ses pattes, ça pourrait être intéressant en situation contrôlée et sécurisée bien sûr (chose à laquelle j’aurais refusé de croire auparavant). Un chien qui aurait tendance à aller rencontrer tous les chiens qu’il croise, sans faire attention à ses approches et aux messages, pourrait aussi apprendre de ma chienne…

On peut donc maintenant nuancer légèrement la phrase toute faite « il s’est fait agresser quand il était chiot, ça l’a rendu sensible/agressif ». Non, une seule mauvaise expérience ne traumatise pas systématiquement un chiot ou un chien. Bien sûr, ça peut arriver dans certaines circonstances (chien déjà très sensible de base, extrême violence de l’interaction, sur-protection et dramatisation par l’humain après l’interaction, …) mais c’est plus rare qu’on ne le pense, et le chien ne restera pas marqué à vie si on agit en conséquence.

Bref, votre chien a forcément des défauts, mais sachez qu’ils peuvent parfois devenir des atouts !

Le quotidien, ça se travaille ! (au quotidien…)

Quand on a un chien, on a souvent envie de tout faire avec lui… Aller à la boulangerie, aller au restaurant, aller en ville pour faire une course, se poser à l’ombre d’un arbre ou en terrasse… C’est très bien tout ça, et je ne suis vraiment pas contre, mais parfois je vois des chiens dans des situations qui les dépassent complètement… Et très souvent, l’humain ne le remarque pas… Ou pire, quand le chien essaye de montrer son inconfort, il peut même se faire réprimander !

Oui, nos activités quotidiennes peuvent nous paraitre complètement anodines… Mais n’oublions pas que ce sont des activités d’humains, et qu’un chien n’y étant pas préparé pourrait très mal les vivre.

Un exemple que j’ai récemment eu l’occasion d’observer en balade avec ma chienne. Nous nous promenions autour d’un lac. Au loin j’aperçois un couple assis au bord de l’eau accompagnés d’un jeune malinois. Je prends soin de passer à leur niveau en courbe, c’est là que je remarque une première chose qui me choque : le chien est attaché à une laisse d’1m50 sous 30°C, et n’a même pas la possibilité de s’allonger à l’ombre… Bon petit détail qui peut nous faire relativiser, le chien était mouillé il a donc pu se baigner un peu avant, mais la situation de base reste très limite de mon point de vue… Bref, il nous voit passer au loin et ne dit rien. Je m’arrête à quelques dizaines de mètres hors de sa vue pour que ma chienne puisse se tremper un peu. C’est là que je me suis rendue compte que ce malinois n’était pas du tout prêt pour ce genre de situation, pourtant toute simple à nos yeux (si on enlève le détail « plein soleil »)… Je ne pouvais pas le voir, mais je pouvais l’entendre, il a commencé à couiner et à japper sans s’arrêter… J’ai pu entendre son humaine lui crier dessus pour qu’il se taise (sans succès). J’ai aussi pu entendre que son nom commençait par un « O », il y a donc de fortes chances pour que ce chien n’ai même pas un an ! Euh en fait c’est vous qui mettez votre chien en difficulté là… Et en plus il se fait engueuler ! A-t-il été habitué à faire des pauses pendant ses promenades ? Supporte-t-il la frustration de ne rien faire, de voir passer des gens, de voir passer des chiens, dans un lieu extérieur ? A-t-il au moins été promené correctement avant d’être attaché au bout d’une laisse d’1m50 ? Si vous me répondez oui à toutes ces questions alors je dis pourquoi pas… Mais à l’ombre alors 😉 Si vous me dites non, je pense que le chien aurait surement passé une bien meilleure après midi au frais chez lui après une bonne balade en forêt !

Cette petite histoire pour illustrer la chose suivante : si nous voulons faire des trucs d’humains avec notre chien, posons nous la question « Est-il prêt, à cet instant précis, à vivre cette situation ? ». Si il ne l’est pas, et qu’il nous propose des comportements inapropriés, ne nous en prenons pas à lui… On a tous faire ce genre d’erreurs, elles nous permettent au final de mieux connaitre notre chien et ses « limites » à travailler. Mais faisons en sorte de ne plus les reproduire car elles peuvent aussi et surtout altérer le lien qui nous unit à notre chien.

Attention tout de même à ne pas tomber dans l’excès ! Si on veut que notre chien progresse, il faut qu’il travaille et donc qu’il sorte un peu de sa zone de confort… Mais ne lui posons pas un problème niveau lycée si il n’est qu’au collège ! 😉

Une vision du Chien

Je pense que le plus logique pour commencer serait de vous parler rapidement de ma vision du Chien… Cette vision qui évolue et se précise chaque jour qui passe ! Cela fait quelques temps que je pense à écrire et partager quelques unes de mes réflexions sur le Chien (car oui, il y en a beaucoup, et des plus ou moins pertinentes…). Je vais donc me lancer en espérant que cela plaira et aidera un maximum de couples humain/chien.

Première chose essentielle mais qui semble trop souvent oubliée : le chien est un être vivant. Ça parait peut être évident mais parfois, on se demande si certains sont au courant de ce détail… Sans parler de la maltraitance physique, le chien est trop souvent robotisé ! On oublie donc (de mon point de vue) qu’il est un être vivant. On attend trop souvent de lui qu’il obéisse au doigt et à l’oeil, qu’il s’exécute à la seconde où on presse le bouton, tout comme le ferait une machine… Non, le chien n’est pas un four micro-onde. Oui, le chien est capable de réfléchir et faire des choix (pas toujours les bons) et il est en notre devoir de le guider et de l’aider à aller dans les bonnes directions. Quand on le sur-conditionne, peu importe la méthode (à coups de tatane ou à la croquette), on l’empêche de réfléchir : son cerveau lui envoie une réponse automatique toute faite que nous avons nous-même créée. Non, le assis coucher pas bouger donne la patte n’a aucun intérêt pour le chien… Il n’a trop souvent d’intérêt que pour l’égaux de l’humain qui lui inculque. Croyez-le ou non, je n’ai jamais besoin dans mon quotidien de demander un « assis » ou un « coucher » à ma chienne…

Comme tout être vivant qui se respecte, le chien a des besoins. Physiologiques, exploratoires, sociaux, masticatoires, … ils sont nombreux et trop souvent méconnus de leur humain ! Demandez à n’importe quel (bon) éducateur canin, la plupart des problèmes rencontrés au sein d’un couple humain/chien proviennent d’un ou de plusieurs besoin(s), non ou partiellement comblé(s). Attention au scoop… Non ! Avoir un jardin ne fait pas de nous les meilleurs humains du monde ! Et pourtant c’est encore l’un des critères les plus rabâchés… Oui, un jardin c’est très pratique quand on a un chien mais il ne rempli malheureusement aucun de leurs besoins ! La balade (de qualité) quant à elle, nous permettra de répondre à la quasi totalité des besoins de nos amis canins !

Je pense revenir plus en détail sur chacun de ces sujets… Je voulais juste ici poser certaines bases importantes à mes yeux. Quand on accueille un chien au sein de notre foyer, on se doit de le respecter (tant au niveau physique qu’au niveau mental), de le prendre pour ce qu’il est (un chien) et donc de combler ses besoins. Sinon, il nous sera impossible de créer un lien de qualité, chose qui pour moi reste indispensable pour vivre bien avec son chien.

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer